Regard Bouddhiste n°19 : L’espace du cœur

D’un cœur qui bat la chamade au cœur brisé empli de tristesse ou d’un cœur transcendé d’un amour mystique, il n’est question que d’amour. L’amour serait-il en lien avec le cœur ?

La grotte du cœur

Ce cœur qui bat et nous fait dire que nous sommes vivants, constitue également le cœur de l’Être, notre âme, l’atman. Dans la tradition hindou, on dit que l’âme est cachée au plus intime de nous-même dans « la grotte du cœur ». Pierre Feuga, spécialiste du tantrisme cachemirien, souligne que « depuis les plus anciennes upanishads, le cœur est considéré comme le centre de l’‘âme vivante’ individuelle (jîvâtman), identique en son essence au Principe suprême de l’univers (Paramâtman ou Brahman) »¹. De cet espace, de cet infini vibre l’amour non conditionné, non segmenté. Au-delà du mental, se trouve la joie, la félicité, l’état d’amour où  il n’y a plus de séparation entre soi, ce corps et les objets extérieurs.
Toutefois, avant d’atteindre ces hauteurs transcendantales, l’amour inconditionnel commence par une acceptation totale de qui nous sommes.

Pas à pas

S’aimer est la première étape car la source même de l’amour est en soi. Chaque négation de nous-même due à notre ignorance (avidya) engendre une séparation qui subsiste dans le corps sous forme de cristallisation (physique et énergétique) tandis que l’acceptation laisse la vibration circuler. La pratique du hatha-yoga peut nous accompagner dans ce processus d’ouverture. Confronté à une situation, un évènement difficile à intégrer émotionnellement, se placer dans une posture de yoga qui nous est confortable et respirer lentement, profondément dans la zone du corps où se loge la fermeture. Être dans cette conscience témoin (drishta) d’observateur, accompagné du souffle, dire oui à la vie, à ce qui se présente sans jugement, sans projection.
Pas à pas nous cheminons au quotidien dans la voie de l’amour, du lâcher-prise, la posture (asana) comme champ d’introspection. Chaque pratique est différente : un jour le corps est souple, le lendemain inflexible ; un jour le mental est stable, le lendemain indomptable. On fait avec sans s’attacher aux résultats. De cette détente intérieure émerge samtosha, la satisfaction, le contentement intérieur. Dans les Yoga Sutra, il est dit : « II.42 – par la pratique du samtosha, on connaît le plus haut degré de bonheur ».
Douces sensations corporelles que le bonheur accompagné d’un cœur rayonnant de joie…

Le chakra anahata

Ce cœur vibrant, notre plexus cardiaque, est relié au centre énergétique appelé anahata chakra² dans la tradition du yoga. C’est lorsque l’on se sent gonflé de joie et d’amour que l’on sent le mieux son existence. Lieu de guérison, de transformation, il nous invite à nous aimer, à nous pardonner en acceptant nos erreurs et en acceptant l’autre tel qu’il est sans attentes ni conditions. Il est symbolisé par un lotus à 12 pétales ayant pour vibration le son YAM.
Sur le plan physique, le chakra du cœur est lié aux poumons, au thymus et au système circulatoire. Son élément est l’air et il exprime notre capacité à toucher et à être touché, en contact, développant en nous cette perception intime d’être relié à tous les êtres, à la Création. Microcosme, macrocosme dans un mouvement circulaire, la respiration participant de cet échange : nous recevons l’énergie sur l’inspiration et la redonnons sur l’expiration. Le cheminement spirituel relie à l’amour. Anahata chakra est le siège de l’amour.

(1) « Le cœur dans le shivaïsme tantrique du Cachemire », article paru dans Connaissance des religions numéro 57-58-59. 
(2) Le terme chakra dérivé du sanskrit signifie roue et correspond à des centres énergétiques agissant comme des émetteurs-récepteurs de notre corps physique vers nos corps subtils et inversement. Il en existe sept majeurs situés le long de la colonne vertébrale et qui ont une correspondance au niveau des glandes endocrines du corps. Des sentiments et des émotions spécifiques sont rattachés à chacun d’eux.

Pratique pour Anahata chakra

Les postures de hatha-yoga qui activent anahata chakra sont celles qui travaillent l’ouverture du thorax. Pratiquez ce petit enchaînement dans la détente et l’ouverture.
1/ Masser le cœur (debout ou assis)
Croisez les doigts et frottez votre poitrine avec la paume des mains :
a – de bas en haut ;
b- de gauche à droite ;
c- circulairement, accompagnez-vous du souffle : inspir + gardez l’air poumon plein dans un sens / expir + poumon vide dans l’autre sens, puis inversez.

2/ Urdhva hastasana 
Debout, pieds écartés de la largeur du bassin, ramenez légèrement le pubis en direction du nombril afin de décambrer (garder cette action durant l’exercice protège la région lombaire).
– Inspir, levez les bras par l’avant vers le ciel, légère extension du haut du corps, le regard suit les mains.
– Expir, les bras reviennent par l’avant, le corps dans l’axe.
3 fois en dynamique.
Reprenez et tenez la posture plusieurs respirations.

3/ Extension, phase dynamique
Assit sur les talons, front au sol, bras étirés devant vous, paumes des mains à plat.
– Expir, étirez-vous (bras vers l’avant, bassin vers l’arrière), sentez l’espace entre les omoplates.
– Inspir, redressez la tête en premier, puis le dos, les mains glissent sur le sol jusqu’en arrière du corps, paumes à plat doigts dirigés vers l’avant. Prenez appui sur les mains, rapprochez les omoplates, soulevez la poitrine, menton légèrement rengorgé, bassin sur les talons. Extension. Léger temps de suspension poumons pleins.
– Expir, poussez les mains dans le sol, flexion avant, revenez front au sol, le dos droit le plus longtemps possible.
– Poumons vides, les bras reviennent étirés vers l’avant.
Continuer ce cycle en dynamique au moins 3 fois et plus si vous ressentez de la joie.

4/ Extension, phase statique
Recommencez le mouvement et restez en extension. Respirez dans l’espace du cœur.

Quelques propositions pour vous accompagner dans cette respiration : 
– sentir la pulsation du cœur ;
– répétez intérieurement le mantra bija YAM ;
– répétez intérieurement un mot évocateur de paix, d’amour et d’harmonie ;
– ressentez tout l’amour que vous avez envers vous-même, vos proche et toute la Création.
Revenez front au sol, ventre sur les cuisses, bras le long du corps, relâchez.
Relâchez, vibrez.

Laisser un commentaire

Fermer le menu